Accueil Art / Spectacle Pour Moussa NDOYE, le 7e art est le moyen privilégié pour partager des émotions.

Pour Moussa NDOYE, le 7e art est le moyen privilégié pour partager des émotions.

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga
Moussa NDOYE

Né à Bargny au Sénégal, Moussa NDOYE est un jeune homme passionné de cinéma et de production audiovisuelle. Âgé de bientôt 23 ans, Moussa a fait toutes ses études secondaires dans sa ville natale. En 2017, après avoir obtenu son baccalauréat, il s’inscrit à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar au département de Physique, Chimie et Sciences de la matière.

L’année suivante, à la faveur d’un concours, il intègre l’Institut Supérieur d’Enseignement Professionnel dans la filière Production Cinématographique et Audiovisuelle où il en est actuellement à sa dernière année. “Dès mon inscription dans cet établissement les portes se sont ouvertes. En effet, en moins de deux mois de cours, avec neuf de mes camarades de classe, nous avons créé une association, ou maison de production si vous voulez. Dès lors, nous avons commencé à réaliser des sketchs et des séries durant le ramadan. Ensuite, en fin de première année, j’ai fait un stage dans l’une des plus grandes entreprises de production audiovisuelle de la place : Leuz Media. J’y ai été en tant que scénariste, assistant réalisateur et monteur vidéo.” explique Moussa NDOYE.

La boîte de production que les dix jeunes personnes crée s’appelle Seven’s Prod. En quelques mois, la fine équipe réalise de nombreux films dont : Kakuta, Goome, L’étudiant, La femme, Je suis là… Kakuta a même été sélectionné dans le Banlieue Film Festival. De même, avec le contexte actuel, de pandémie de Coronavirus, le jeune réalisateur a monté un film qui parle de cette maladie dans le but de sensibiliser la population.

Le cinéma : une passion, une vocation pour Moussa NDOYE…

A côté de Seven’s Prod, Moussa NDOYE a aussi créé Meuz’Art. Deux entités dont l’objet est le même. “Seven’s Prod renvoie au septième art et à la septième promotion ; la nôtre. Nous prônons le cinéma autrement et le changement de mentalité. Les gens ont tendance à sensibiliser dans un film. Alors qu’on entend des sensibilisations tous les jours. Nous, dans nos films, nous partageons des émotions, des sensations et des réflexions.” raconte Moussa NDOYE.

Moussa NDOYE

Pour se faire, Seven’s Prod propose à ses clients la réalisation de films, de clips vidéos, des spots publicitaires… Toutefois, ce travail n’est pas sans difficultés. En effet, le jeune réalisateur explique que dans son pays, ils évoluent chaque jour avec les moyens de bord. Son équipe et lui obtiennent des marchés, certes. Mais, ils consacrent ces entrées à l’achat de matériels professionnels. Pour aider à changer les choses, Moussa NDOYE propose aux dirigeants de donner la chance aux plus jeunes. Pour lui, ces jeunes sont pleins de créativité et fraîchement diplômés. Une autre solution est de financer leurs projets de films.

Dans un avenir relativement proche le réalisateur sénégalais envisage une stabilité financière de Seven’s Prod. Mais aussi de produire 3 très bon films qui vont remporter pas mal de festivals et leur permettre d’avoir une visibilité internationale. “Je fais une émission qui porte l’entrepreneuriat féminin. Mais, le principal problème est que la famille ne croit pas en toi. Et aussi les difficultés d’accès aux financements. Toutefois, je vous conseille de croire en vous et en vos rêves. L’entrepreneuriat est un vrai parcours de combattant. Il faut savoir vraiment ce que l’on veut et tout déterminer avant de se lancer dans le vide.” Conclut monsieur NDOYE.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos