Accueil Art / Spectacle [Tribune] Nas Tahir : “Le numérique a simplifié les procédés de la photographie.”

[Tribune] Nas Tahir : “Le numérique a simplifié les procédés de la photographie.”

Par Stecy Arsene

La photographie est devenue de plus en plus sollicitée. Grâce à l’explosion des réseaux sociaux, et l’accès à Internet plus que jamais simplifiée dans les zones urbaines, ce métier se démocratise. Nas Tahir, que nous avions déjà reçu ici, est l’une des jeunes références gabonaises de ce secteur. Aujourd’hui, c’est une tribune que nous lui offrons pour parler du mode de travail de cet art.

VisezLaLune : La photographie a énormément évolué avec le numérique. Nas TAHIR,  en quoi internet a totalement chamboulé ce métier qui est aussi le vôtre ? 

Nas TAHIR: J’ai grandi avec les TIC. Je n’ai quasiment pas connu l’ère pré-numérique.  Du coup, je ne peux hélas répondre avec objectivité et aborder tous les aspects y afférents. Cependant, je peux vous parler des avantages que nous procurent internet et le numérique aujourd’hui. Concernant la pratique technique de la photographie, il est d’une part possible de débuter et d’apprendre gratuitement les bases de la photo avec nos smartphones. L’avènement des appareils numériques a aussi fortement contribué à la vulgarisation et l’expansion de la photographie. D’autre part, l’un des domaines qui s’avère être fondamental à toutes activités est dorénavant accessible et à la portée de tous. Je parle de la communication.

Avec internet, nous avons désormais la possibilité de vendre notre travail en ligne et de se faire connaître plus rapidement. Évidemment, cela requiert un minimum de travail. Mais, rien de très technique. Avec les réseaux sociaux, nous avons la possibilité de vendre notre travail en ligne et se faire connaître plus facilement. Sans trahir les principes de bases propres de la photographie, le numérique a simplifié les procédés en améliorant les outils et en éliminant les étapes superflues.

V.L.L: Actuellement, vous travaillez en collaboration avec Nervakez. En quoi consiste votre rôle de photographe dans ce projet ?

N.T: Alors, actuellement, nous travaillons sur un projet graphique pour des structures tierces. J’occupe le rôle de directeur de la photographie. J’ai donc pour rôle de réaliser les photographies. Et d’appliquer des traitements sur le modèle afin d’éliminer les imperfections et de fournir des photos de qualité. 

©️Nervakez

V.L.L: Au Gabon, la photographie occupe une place importante au sein de la société.  Comment expliquez-vous cette nouvelle approche du public pour ce métier?

N.T: Comme vous l’avez dit, la photographie occupe une place de choix au sein de la société gabonaise. Cela s’explique par plusieurs raisons. À mon humble avis, les gabonais ont toujours été pointilleux sur leur image. On voit d’ailleurs que les produits de luxe fonctionnent très bien dans notre société, comparativement aux autres pays de la sous-région. La photographie permet aux gabonais de s’exprimer artistiquement. D’immortaliser leurs évènements importants et également de communiquer à travers leurs réseaux sociaux. Surtout, qu’ils y sont très présents. Ayant le goût des bonnes choses et étant très ouvert aux médias internationaux, les gabonais ont été très rapidement influencés de manière positive. Ils connaissent donc l’importance d’une bonne image ainsi que les coûts que cela engendre. 

V.L.L : Pouvez-vous nous expliquer le déroulé du processus de réalisation d’un montage photo ?

N.T: Alors, la première partie s’appelle la pré-production.  Elle consiste à préparer sur le papier, la séance shooting. Tout ce qui concerne le thème du shooting, le style de photos, les scènes, le site sur lequel les photos seront réalisées, etc. En d’autres termes, il s’agit simplement de préparer la séance sur le papier. 

Nas Tahir en pleine séance de travail.

Ensuite, nous avons la production. C’est-à-dire la réalisation du shooting. L’étape même qui consiste simplement à remettre en pratique tout ce qui avait été prévu sur le papier lors de la pré-production. Cette étape est beaucoup plus technique. Ici, nous sommes confrontés aux réalités.

L’étape finale s’appelle la postproduction. On pourrait parler proprement de montage photo. Alors, la postproduction consiste à peaufiner le travail grâce à des logiciels professionnels que nous possédons. Et ce, sans dénaturer les photos. C’est une étape qui peut faire une très grande différence. Car, avec une seule photo, on peut sortir une myriade de rendus photos différentes. Elle vient sceller la touche personnelle du photographe. 

©️ Nas Tahir

V.L.L: Merci de nous avoir accordé votre temps. Avez-vous un mot de fin pour nos lecteurs ?

N.T: Merci également à vous pour cette tribune. J’espère qu’au travers de cette interview, vos lecteurs et pas qu’eux, ont pu apprendre quelque chose de la photographie. J’invite également ceux-ci à suivre mon travail via mes réseaux sociaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos