Accueil Art / Spectacle Gbane Yacouba, l’humoriste ivoirien : “J’ai grandi dans un milieu où on aime raconter des blagues.”

Gbane Yacouba, l’humoriste ivoirien : “J’ai grandi dans un milieu où on aime raconter des blagues.”

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga

Gbane Yacouba, le nom vous dit certainement quelque chose… C’est l’humoriste ivoirien en passe de supplanter notre célèbre Gohou, dans le cœur des amoureux de la bonne blague africaine sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter.
Humour, coaching de vie et surtout docteur du cœur, Gbane Yacouba est recherché et très suivi pour sa sagesse originale et son sens des réalités assez déjanté, mais curieusement, très réaliste. Ce trentenaire, agent de qualité dans la vie réelle, semble cultiver le mystère autour de lui. D’un calme intimidant et se montrant assez réticent à se livrer, de prime abord, Yacouba déroute par son attitude fermée, aux antipodes de son franc parlé affiché sur les réseaux sociaux.

L’humour est tout naturel chez lui, car c’est d’abord une question d’éducation.

« Depuis tout petit déjà, j’aimais écouter les histoires drôles des aînés. J’ai grandi dans un milieu où on aime raconter des blagues. Donc tout naturellement j’aime raconter les blagues aussi ».

Et la blague à l’ivoirienne lui réussit tout particulièrement car il est difficile de se tenir stoïque devant ses réflexions sur des sujets aussi variés que la taille des gens, frapper l’ahoco (la masturbation), le goumin (peine de cœur en argot ivoirien), … mais surtout son sujet de prédilection, le maplôli (le coït sexuel). Interdit aux moins de dix ans. Le langage est fleuri à souhait et l’imagination débordante. Le public s’étonne, s’exclame et rit à en perdre le souffle. L’on découvre le langage et la culture ivoirienne dans la bonne humeur.

Mais il ya aussi cette minorité, certainement religieuse, qui s’effarouche :

« Je fais les statuts sur le maplôli parce que les gens aiment ça. Je dirai que beaucoup de gens aiment ça. Ça décoince et je permets aux uns et autres de parler de leur expérience avec humour. Il y’a des gens qui ont peut être honte de parler de la sexualité mais viennent apprendre quelque chose à travers les commentaires. Je n’ai pas peur de frustrer les religieux tant que je ne fais pas de statuts sur la religion. Je choisis toujours mes mots pour ne pas trop toucher à la sensibilité des gens. Ce que je sais c’est que les gens aiment maplô et aiment bien les statuts de maplôli ».

Une liberté de ton qui a fait réagir le public négativement au début. Au point que des remarques désobligeantes lui étaient rétorquées. Mais au fil du temps, ses vannes sont devenues incontournables. Il n’est pas rare qu’un fan avoue rechercher les statuts de l’humoriste dans les moments sombres afin de reprendre du souffle. D’autres encore recherchent le sourire matinal une fois connectés, si ce ne sont ses conseils d’une profonde sagesse qui captivent ses lecteurs.

Malgré ce succès fulgurant, Yacouba reste étonnamment humble. Il faut dire qu’il est le premier surpris de sa popularité. Point de stand up pour l’instant, ni même une page professionnelle sur Facebook, le gars de Bondoukou n’envisage pas de professionnaliser son talent. Pour l’instant en tout cas.

Yacouba demeure un mystère,

“Pour ceux qui me connaissaient avant Facebook et qui voient mes statuts aujourd’hui et pour ceux qui m’ont connu sur Facebook et qui viennent à me découvrir dans la vraie vie. J’aime le rire, j’aime la bonne humeur, j’aime voir les gens heureux autour de moi.”

Pour lire et découvrir Gbane Yacouba, l’humoriste ivoirien qui monte, n’hésitez pas à vous joindre à plus de quarante mille personnes qui suivent son profil personnel Facebook. Ou encore sur Twitter. Vous en sortirez certainement courbaturé …de rire.

 

Sara Inès Nzagou Ndong

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos