Accueil Informatique / Télécommunication Djoliba, le premier backbone panafricain renforce le leadership d’Orange en Afrique de l’ouest.

Djoliba, le premier backbone panafricain renforce le leadership d’Orange en Afrique de l’ouest.

Par Stecy Arsene

Si certains pensaient que l’effet Covid-19 aurait des répercussions sur l’ensemble de l’économie africaine, le secteur des télécommunications semble lui, être épargné. C’est en tout cas l’exemple d’Orange, le leader français des télécommunications. En effet, le géant compte s’attaquer à un projet très ambitieux. Au travers d’un accord avec ses partenaires, l’entreprise qui a fait de l’Afrique de l’ouest son terrain de jeu, lancera d’ici peu le premier “backbone” panafricain dénommé Djoliba.

Orange n’est plus à présenter dans le domaine des télécommunications. Avec un chiffre d’affaires mondial de 42 Milliards € et un peu plus de 143 000 employés à travers le monde en 2019, le groupe français s’avance comme l’un des principaux leaders de son secteur. Présent dans 26 pays, dont 18 en Afrique, c’est en toute logique que le groupe français compte lancer son projet le plus ambitieux de ces 20 dernières années sur le continent.

A l’occasion du dernier forum Africatech Festival, Orange présente son dernier né, une référence africaine en terme de connectivité. Dénommé Djoliba, le 1er backbone panafricain offrira une connectivité sécurisée entre l’Afrique et le reste du monde. Notamment, par un réseau de fibre optique relié à des câbles sous-marins. Projet de très grande envergure, il offrira un débit hyper élevé. Mais aussi, une disponibilité nettement meilleure de par sa redondance et la sécurisation du réseau. Tout cela, avec une excellente qualité de service. Exploité depuis Dakar au Sénégal, Djoliba sera doté d’un centre de supervision de dernière génération.

Ainsi, cette innovation desservira 8 pays d’Afrique de l’ouest. A savoir : le Burkina-Faso, le Mali, La Côte d’Ivoire, le Ghana, Le Sénégal, Le Nigeria, la Guinée et le Liberia. En outre, Djoliba offrira un réseau dense qui s’étendra sur 10 000 km de réseaux terrestres à fibre optique, allant jusqu’à 100Gbit/s pour 99,99% de taux disponibles. Djoliba, renferme 16 points de présence par un maillage de 155 sites techniques. Autrement dit, il relie 300 points de présence en Europe, en Amérique et en Asie.

« Orange participe activement au développement des infrastructures sous-marines et terrestres. Elle permet la transformation numérique du continent Africain, en investissant chaque année 1 milliard d’euros. Avec Djoliba, les populations locales vont pouvoir accéder encore plus facilement à des services de santé ou d’éducation. Mais aussi, aux usages offerts par le cloud computing. Le développement de l’accès au numérique est un enjeu majeur pour l’Afrique et je salue le travail remarquable de nos équipes dans tous les pays qui ont permis que le projet Djoliba voit le jour», explique Alioune Ndiaye, CEO d’Orange Middle East and Africa.

Il est à noter que, Orange est actuellement le 3ème plus gros opérateurs en Afrique. Cela, juste derrière les deux mastodontes que sont Vodacom et MTN. En revanche, avec Djoliba, elle pourra rattraper son retard sur ces deux principaux concurrents.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos