Accueil Beauté / Bien-être Africanly Barbie : pour financer ses études, elle devient youtubeuse !

Africanly Barbie : pour financer ses études, elle devient youtubeuse !

Par Aude Sharys OVONO ALLOGO

Avec le confinement, les réseaux sociaux sont devenus notre passe-temps favoris. Et même si la connexion coûte cher, il est difficile de passer une journée sans aller sur YouTube. Que ce soit pour écouter de la musique, regarder des tutoriels, apprendre de nouvelles recettes de cuisine, etc. Dans mes balades à travers les chaînes YouTube, je suis tombée sur Africanly Barbie. On parle de talent, on parle de motivation, on parle de courage et d’audace. Ces mots résument parfaitement la youtubeuse que je m’apprête à vous présenter. 

Grosse fan de pinceaux et de bonne humeur, Grâce Odièle OKOUBOUGA AKAMA aka Africanly Barbie se construit depuis quelques temps, une belle image chez les jeunes gabonaises. Elle nous a ouvert les portes de son univers. Voici pour vous, en exclusivité mondiale, le monde d’une youtubeuse hors pair !

Make Up by Africanly Barbie

Quand les pinceaux m’offrent une seconde vie

Agée de 26 ans, Grâce Odièle OKOUBOUGA AKAMA, a la tête sur les épaules. Diplômée en Qualité-Hygiene- Securite- Environnement (QHSE), son aventure dans le numérique débute comme une solution d’ultime recours.

Je vous explique. En 2012, au Gabon, une réforme du Ministère de l’Education Nationale a été prise pour tous les bacheliers. Celle-ci annonçait que les bacheliers devaient constituer des dossiers dans lesquels ils devaient mentionner les écoles supérieures dans lesquelles ils souhaiteraient poursuivre leurs études universitaires. L’Etat se chargerait de leur scolarité et leur octroierait également une bourse.

Une promesse qui n’a pas été tenue puisque des années plus tard, certains étudiants en formation, se sont retrouvés mis à la porte des écoles. La jeune Grâce n’a pas été épargnée. Confrontée à la nécessité de financer ses études, elle se met alors à la recherche d’un moyen honnête et appréciable. Alors en cycle de Master 1, elle est déterminée à obtenir son diplôme et ne lâche rien !

Lors d’une introspection qu’elle mène pour rechercher son don ou un talent endormi afin de gagner de l’argent, elle se surprend. Presque miraculeusement, elle se rend compte qu’elle tresse, maquille et coiffe gratuitement des personnes de son entourage. C’est là le déclic ! Faire de ses doigts une source de revenus. Par la même occasion, elle profite pour partager sa passion  avec plus de personnes grâce à YouTube.

Lors de mon passage en Master, n’étant plus boursière, j’ai dû me lancer sérieusement dans la coiffure et le maquillage pour pouvoir payer ma scolarité. Donc j’ai créé une page Facebook. Des amies m’envoyaient des clientes. Et, c’est de là que tout est parti. Comme je donnais des conseils de beauté à mes clientes et que je ne voulais plus trop me répéter, j’ai alors créé la chaîne YouTube Africanly Barbie. Grâce Odièle OKOUBOUGA AKAMA.

Entre ma passion, mon métier et ma vie, j’ai trouvé l’équilibre

Il y’a cinq ans encore, pour bien se maquiller, il fallait obligatoirement se rendre dans un bar à make up. Aussi, il fallait dépenser entre 15.000 et 50.000 pour un maquillage professionnel. Et même aujourd’hui encore, le maquillage reste une tâche très compliquée pour plusieurs femmes. Mais, avec la facilitation que nous emmène Internet, faire sa trousse de beauté, trouver la teinte parfaite ou faire un maquillage jour, n’est plus si compliquée avec l’aide de nos youtubeuses préférées !

Avec plus de 1 000 abonnés sur sa chaîne YouTube et 2 000 abonnés sur sa page Facebook, depuis plus d’un (1) an, la jeune youtubeuse fait tourner plusieurs têtes et en sauve plus d’une au passage !

Désormais, Grâce aka Africanly Barbie a un emploi du temps très chargé. Employée dans une entreprise privée, mannequin pour une agence, youtubeuse, perruquière, coiffeuse… elle est sur tous les fronts. De plus, la jeune femme fait elle-même ses montages vidéos. Une vraie wonderwoman !

Beugs et obstacles : réussite en cours de téléchargement pour Africanly Barbie

Dans sa vie de youtubeuse, Africanly Barbie rencontre son lot de problèmes. Comme tous ceux qui osent, Africanly Barbie doit composer avec la dure réalité du terrain.

J’ai enchaîné plusieurs petits boulots qui avaient généralement des emplois du temps différents. Mais, je m’arrangeais à filmer les dimanches en après-midi. Et, je terminais le montage au cours de la semaine. Actuellement, je ne travaille pas les samedis. Donc, c’est ce jour-là que je prends pour faire 2 ou 3 vidéos et si possible, je les monte le dimanche. 

Evidemment, ses vidéos sont variées et très simples. Ce qui est sûrement un point positif et attire la plupart des followers. D’ailleurs, en marketing on apprend très vite que ce n’est pas forcément un arrière-plan luxueux ou des outils “bling bling” qui attirent. Cela vous étonne ? Ce qui rend viral, c’est la proximité avec les followers et le fait de vivre les mêmes réalités. Quoi que cela dépendent aussi de notre cible.

L’autre difficulté, et je crois que tous les youtubeurs qui vivent au Gabon la rencontrent, c’est avoir le bon matériel. Pour ma part, au début c’était difficile d’avoir une « ring ligth ». On n’en trouvait pas ici. Il fallait passer la commande en France et ça revenait quand même cher. Aussi, le manque de présence des gabonais sur YouTube ou plutôt le manque de solidarité entre nous reste un gros problème. C’est assez difficile d’avoir des abonnés lorsque tu n’es pas connu(e) même si le contenu est bon. Et la dernière est la connexion internet qui est encore un luxe pour certaines personnes. Les vidéos prennent trop de MO donc les internautes vont rarement sur YouTube. 

Africanly Barbie n’est pas prête de s’arrêter

Malgré tout, Africanly Barbie continue de croire en son potentiel et avance. Une chose intéressante dans son métier ce sont les placements produits. Plus on est vu et plus votre contenu est apprécié. Pour les entreprises qui veulent faire de la promotion, pour la cible que vous attirez, vous serez le bon choix. Enfin, Grâce avoue avoir fait plusieurs placement produits. Elle ajoute que cela accroît sa popularité et allonge son CV en terme d’image.

Lancez-vous ! Comme disait un de mes professeurs : ‘’Il faut se jeter à l’eau’’. N’ayez peur de rien ! Car, avec seulement votre téléphone comme matériel vous pourrez faire des vidéos et devenir financièrement indépendants. D’ailleurs, c’est encore ce que j’utilise pour filmer et monter. N’écoutez pas les jaloux qui vont tenter de vous dissuader. Il faut croire en ses rêves et quand même essayer pour ne rien regretter.

Vous avez aimé l’article d’Africanly Barbie ? Faites-le nous savoir en commentaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos