Accueil Art / Spectacle Burel Lewis MADOUNGOU : la force et l’engagement derrière un objectif photo !

Burel Lewis MADOUNGOU : la force et l’engagement derrière un objectif photo !

Par Aude Sharys OVONO ALLOGO
Burel Lewis photographe professionnel gabonais

Bien le bonjour chers viseurs. Une journée de plus confinée, ça me donne tellement d’idées. Tout comme vous, je recycle tout ce qui est inutile. Et, j’essaie de transformer les idées négatives pour garder la Positiv’Attitude. Un pas de plus dans le monde trépidant des entrepreneurs. Comme nous vous réservons toujours le meilleur, nous allons vous servir un auto entrepreneur d’exception : Burel Lewis MADOUNGOU.

Passionné tout d’abord par la photographie, il a vu plus loin. Car, il ne s’est pas limité à capturer des visages et des images dans sa carte mémoire. Il a pensé à devenir le fournisseur aussi des grands de l’audio-visuel.

Pour une entrée en bonne et due forme, je crois que les présentations sont faites. Il est temps de vous transporter à présent dans le parcours inspirant et captivant du jeune Burel Lewis MADOUNGOU.

Espace libre

Le grand saut : le départ pour de nouvelles perspectives d’avenir

Fraîchement diplômé en Qualité-Hygiène-Sécurité-Environnement dans une école de commerce gabonaise, Lewis voit la vie en grand. Contrairement à ses camarades de classe, il ne voit pas son avenir derrière un bureau. De facto, c’est plutôt un “homme d’action”. Très organisé et ayant le sens du timing, Burel Lewis MADOUNGOU commence par chercher des stages pour valider son parcours scolaire. Par la suite, ne trouvant pas l’enthousiasme nécessaire pour un emploi, il commence par se lancer dans la photographie.

Dans les années 2012-2014, pour certains parents adeptes encore de la bureaucratie, des métiers liés à l’audio-visuel tels que Disc-Jockey (DJ), Photographe ou Développeur Freelance étaient juste des hérésies.

Quand j’ai décidé de me jeter dans la photographie, mon père était sceptique. Il voyait en cet art, de la simple distraction. Mais grâce à maman, qui a toujours cru en moi, il a été convaincu de me donner les sous pour l’achat de mon premier boitier (caméra). Un achat qu’ils ont partagé à parts égales.  Burel Lewis MADOUNGOU

A vouloir suivre un chemin totalement opposé à sa formation initiale, le père de l’auto-entrepreneur se refuse d’y croire. Croire qu’un jour, « cette distraction » paierait les factures de l’homme qu’il avait éduqué. Il pensait à son investissement sur ses années scolaire, sur son mental et sur sa capacité à gérer une famille financièrement. Mais la mère de Lewis, visionnaire et confiante, apaisait le cœur de ce dernier.

Aujourd’hui, vous connaissez tous Burel Lewis MADOUNGOU.  Que ce soit par ses magnifiques photos ou simplement par son charisme (Rire).

Prises de vue et prises d’initiatives : la naissance de la structure de photographie “BUREL LEWIS”

Arborant fièrement son nom, il décide d’en faire une marque. Dans le souci d’imposer son originalité sur le marché, il opte pour un nom qui ne sera jamais copié, ni égalé : BUREL LEWIS.

Alors que certains jeunes de sa génération se bousculent devant les postes en entreprise, il a décidé de se battre pour se bâtir. Au-delà de la photographie, il a aussi touché le pan de la commercialisation du matériel audiovisuel. Conscient de la cherté de l’achat de matériels professionnels, il ouvre AVE (Audio-Visuel Equipements). Photographe de son état, il est très bien placé pour comprendre les méandres de ses congénères.

Ses prix sont alors très concurrentiels, il est le fournisseur aujourd’hui, des grands de l’image tels que EZ images, J. Affolaby ou Gildas Paraiso. Aussi, dans son élan de compréhension, il fait louer également du matériel. Des drones, en passant par des trépieds ou simplement des objectifs. Burel Lewis MADOUNGOU est toujours à la pointe de la technologie. Ce service de location étant quasi inexistant sur le marché national, il est très prisé. Simple et disponible, même avec de la concurrence directe sur le marché de la location, le jeune entrepreneur affirme avoir obtenu les plus grosses parts de marché.

Dans ce milieu, le nom et les recommandations sont importants. Alors, quand tu débutes il est difficile de s’imposer. Mais le travail et la persévérance doivent devenir des armes pour se faire une place. Ici, le réel problème reste la disponibilité des équipements et des coûts très élevés de ces derniers.  Burel Lewis MADOUNGOU

Monsieur MADOUNGOU vit aujourd’hui essentiellement des revenus de ses prestations de services et de la vente de son matériel.

Un zoom sur la vision du jeune autoentrepreneur

Burel Lewis aimerait dans les prochaines années former les jeunes à tous ces métiers de l’audiovisuel qui sont très négligés par la majorité des parents, comme cela a été le cas avec les siens. Le jeune homme souhaite voir de réels experts diplômés en audio-visuel. C’est la raison pour laquelle, dans la limite du possible et du réalisable, il aimerait être le fondateur d’une école de photographe et d’infographe plus tard.

Son conseil aux entrepreneurs en devenir :

Pour entreprendre, il faut simplement croire en son idée. Peu importe l’opinion des autres si tu es capable de répondre par un OUI à la question. “Mon idée vient-elle répondre à un besoin ou résoudre un problème ?” c’est que tu es sur la bonne voie. Burel Lewis MADOUNGOU

Sur cette citation de notre guest, nous vous laissons dans une longue et intéressante réflexion.

Vous avez aimé l’article sur Burel Lewis ? Faites le nous savoir en commentaires.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos