Accueil Mode/Couture Dona Pascale Eyang Ndong, la créatrice de mode libre, passionnée et épanouie !

Dona Pascale Eyang Ndong, la créatrice de mode libre, passionnée et épanouie !

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga
Dona Pascale EYANG NDONG

Aujourd’hui, je vous présente une jeune femme passionnée, inlassablement romantique, un tantinet solitaire et par-dessus tout créative et aventurière dans l’âme. Il s’agit de Dona Pascale EYANG NDONG, la créatrice de mode à la tête de la maison Dona Pen Design.

Membre d’une famille de 16 enfants, dont elle est la 8e, Dona grandit et fait toute sa scolarité au Gabon avant de s’envoler pour la France. Elle y poursuit ses études universitaires et obtient un DEA en Logistique Organisationnelle. “De retour au Gabon, j’ai travaillé dix ans dans l’industrie pétrolière à des postes variés. De la gestion des stocks à ceux d’Amélioration Continue, en passant par la Gestion des Contrats et une certification Lean Practitioner. Il m’a fallu un peu plus de 2 ans avant de me décider à tout quitter et mettre fin au conflit qu’il y avait entre deux volontés antinomiques : ma raison et ma passion.” Choix qu’elle finit par faire au bout de 2 ans et demi d’hésitation et qui la conduit à sa 2e vie : Créatrice de mode. La passion, représentée par la liberté, l’épanouissement et la créativité, aura pris le dessus sur la raison (confort, statut social, reconnaissance…).

Bonjour mes viseurs adorés ! J’espère que vous allez super bien. Chez nous à Visez La Lune on se porte comme des étoiles. Bah, on brille quoi ! (Rires). Pour le portrait d’aujourd’hui, plongeons dans le monde de Dona Pascale EYANG NDONG.

Espace libre

Etre unique et originale dans ses tenues, le début du voyage de Dona Pascale EYANG NDONG

Pour cette jeune femme célibataire et mère de 2 enfants, mode rime assurément avec créativité. Dona crée officiellement son entreprise en 2016. Même si le nom de sa marque, inspiré par une de ses soeurs, existe depuis 2011. “Dona est le prénom usuel au sein de ma famille. C’était une façon originale de décrire, avec une touche anglophone, cette créativité qui m’est propre.” confie-t-elle.

Au début de cette aventure, Dona commence à dessiner pour elle. “Je trouvais les modèles dans les catalogues disponibles chez les couturiers trop traditionnels. Ils leur manquaient de fantaisie, de fraîcheur.” Son désir d’être unique et originale dans ses tenues séduit son entourage. Appréciant ses créations, certains lui demandent alors de dessiner pour eux. La créatrice est née !

Collection Festive de Dona PEN Design

Collection Festive de Dona PEN Design

Cependant, c’est lors d’un séjour professionnel au Nigéria que Dona Pascale EYANG NDONG tombe littéralement amoureuse du pagne. De même, la 2e édition de la Libreville Fashion Week avec Mireille Nzoubou, a contribué à nourrir son attrait pour la mode. “De fil en aiguille, ma passion pour la création et le plaisir de voir les autres heureux dans mes créations, a pris plus de place et en demandait plus. Je me sentais plus libre, plus vivante, plus épanouie et plus utile quand je me dévouais à ma marque. J’ai alors combiné ma passion et mon travail pendant près de 5 ans, de 2011 à 2016.”

Porter du Dona PEN Design, c’est porter le “glam’chic

Le secteur de la mode est très concurrentiel. Pour se démarquer, il faut faire preuve de beaucoup d’originalité afin d’attirer et de fidéliser les clients. Chez Dona PEN Design, la particularité reste définitivement le mix and match. C’est à dire le mélange improbable d’imprimés et/ou de matières. “Nous sommes les seuls à nous inscrire dans ce registre. En tout cas au Gabon. Et avec ce niveau de qualité et de dextérité. C’est un exercice parfois risqué. Aussi bien pour nous, que pour les consommateurs. Il oblige aussi à sortir de sa zone de confort, à oser, à se découvrir à travers ces prises de risque.” explique Dona Pascale EYANG NDONG

Au-delà de l’aspect des matières et des imprimés, les créations de Dona PEN Design ont cette particularité d’apporter une touche de fantaisie et de glamour, tout en restant modernes et chic. La femme Dona PEN Design (ndlr : la cliente type) veut être belle, confortable et unique. Elle veut suggérer, plutôt que montrer. “La longueur de nos robes par exemple, toujours mi-mollet à la Jackie Kennedy, est un gage d’élégance et de maturité.  Quant aux hommes, nous leur offrons des créations sobres et chics, avant-gardistes dans les mélanges d’imprimés. Lorsque les plus téméraires osent. Mais, trop peu le font encore, à notre avis.”

Les couleurs, les associations improbables, la fantaisie et le glam’chic sont les essences même de l’univers de Dona PEN Design. Et c’est ce qui semble caractériser Dona Pascale EYANG NDONG. En effet, la créatrice avoue que ce qui lui plait le plus dans cette aventure c’est de contribuer au bien être des gens. Ceux à qui ses créations apportent plus d’assurance (par rapport à leur élégance, charisme, beauté, identité, féminité…); et ceux qui s’en inspirent afin de sauter le pas, se préparer, s’améliorer. “Au-delà du parcours en lui-même, je reste également fière de ma résilience. Cette aventure m’en apprend beaucoup sur moi.” souligne-t-elle.

Les challenges quotidiens de Dona

Dona Pascale EYANG NDONG affirme que cette aventure entrepreneuriale lui a beaucoup apporté. Mais, de tous les bénéfices, ce sont les rencontres qu’elle lui permet qui la marquent le plus. Clients, artisans, vendeurs de tissus ou designers… tous ces acteurs qui contribuent à rendre le voyage exaltant. “Pourtant, j’avoue que celui qui reste inestimable c’est la satisfaction du client. Lorsque ses yeux pétillent parce que vous avez matérialisé ses envies.”dit-elle.

Collection Festive de Dona PEN Design

Collection Festive de Dona PEN Design

Toutefois, le chemin n’est pas que parsemé de belles choses. Dona rencontre, elle aussi, son lot de difficultés. Notamment, les moyens de produire à une plus grande échelle afin de pouvoir élargir son réseau de distribution. “A la fin de la journée, si on ne vend pas, on ne gagne pas d’argent. Cela nécessite de mettre en place un système et un réseau de production robustes et stables. Et c’est l’aspect le plus difficile. Trouver des partenaires qui comprennent vos besoins, les anticipent et vont parfois au-delà de vos attentes/besoins. Ils ont le souci de l’excellence, pas seulement de la transaction financière.” nous explique Dona.

Malgré tout, cette visionnaire ne baisse pas les bras. Elle travaille chaque jour à emmener sa marque à  un autre niveau.

Etre une belle personne, la noble quête de Dona Pascale

Avant d’être une créatrice de mode, Dona Pascale EYANG NDONG est d’abord une femme au grand coeur. En effet, en dehors de son entreprise, elle se consacre à différents projets qui touchent l’enfance et la jeunesse. “Je suis notamment présidente de l’Association des Parents d’Élèves de l’établissement que fréquentent mes enfants. J’y  donne également des cours de danse aux enfants de 3 à 12 ans. Je travaille actuellement sur la mise en place d’un programme de Découverte de Soi pour les adolescents, au sein du Mouvement des Jeunes Déterminés pour Jésus (MJDJ).”

Sa motivation première dans la vie est d’être bienveillante, respectueuse et consciente du bonheur d’être en vie. En bonne vivante, elle aspire à être une belle personne tout simplement. C’est une révélation profonde que la jeune dame doit à Marie-Jeanne Serbin-Thomas, Directrice de la Rédaction du magazine Brune. 

C’est d’ailleurs avec le même esprit d’humilité que Dona Pascale EYANG NDONG conseille à tous ceux qui souhaitent se lancer, de le faire sans hésiter après s’être au préalable bien préparés. “La préparation fait toute la différence.  Commencez là où vous êtes et avec ce que vous avez. Avant de me lancer officiellement, je faisais des défilés et des petites ventes sur mon lieu de travail dans la petite ville de Gamba. Cela m’a permis de voir comment les gens réagissaient à ma proposition de valeur; de faire des réajustements (coût de production, circuit d’approvisionnement, choix des matières, prix psychologiques, cibles…), et ainsi de construire ma marque loin des regards, dans l’ombre; de me tromper et me corriger sans faire de bruit.  Commencez petit et voyez grand !”

Les créateurs au Gabon, des acteurs négligés

Alors que dans certains pays, la mode et toutes ses activités connexes sont de véritables leviers de développement, au Gabon ils sont relégués au second plan. “Il y a tellement de métiers dans l’univers de la mode. Des métiers même que l’on ne soupçonne pas ou que l’on sous-estime. Conception styliste, Direction de création, Management Backstage, Maroquinerie, Broderie, Tapisserie, Couture, Tissage… Des métiers qui pourraient répondre à des besoins et permettre d’endiguer le chômage. C’est juste dommage que l’on limite la mode aux défilés et à de l’entertainment.” souligne Dona.

Toujours selon elle, la mode est un élément qui peut à lui seul booster le tourisme, créer de l’emploi, développer des savoir-faire et des compétences, donner de la visibilité au pays à l’échelle internationale… En citant l’exemple du Burkina Faso qui est reconnu pour son savoir-faire dans les métiers à tisser, et collabore avec de très grandes marques européennes comme Stella Jean. Ou encore le Sénégal avec Aissa Dione qui a révolutionné les métiers du textile et fournit des maisons de luxe telles que Hermès.

“Pour mieux valoriser les créateurs, il est impératif qu’ils aient une plateforme pour montrer et démontrer ce qu’ils savent faire. D’abords localement, avant de penser à l’international. Cela passe par le soutien des ministères en charge de la culture, de l’artisanat ou des PME. Car, la plupart des créateurs ont des structures qui ne dépassent pas la taille juridique d’une PME. Ce soutien peut se matérialiser par la création de concept stores modernes, de salles d’expositions ou de ventes à usage collectif. A l’instar de ces aides, nous, créateurs gabonais, avons également la responsabilité d’assurer un niveau de qualité, d’innovation et de créativité à la hauteur de la compétition internationale.”

Propos recueillis par Tatia Larisse BUCKANDU

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos