Accueil Art / Spectacle André Jules NIKIEMA, le professeur d’Allemand qui caricature son quotidien.

André Jules NIKIEMA, le professeur d’Allemand qui caricature son quotidien.

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga

Je suis certaine que vous êtes déjà tombés sur l’une de ses caricatures au moins une fois sur les réseaux sociaux. Sa page ANDRE JULES CARICATURES cumule plus de 64 000 abonnés. L’homme derrière nos fous rires s’appelle André Jules NIKIEMA. La trentaine tassée, Burkinabé d’origine, André Jules est à la base un professeur d’Allemand.

Comme vous, je suis certaine, les profils que je vous peins ici ne cessent de m’impressionner. En effet, notre viseur du jour cumule les casquettes. Après l’obtention de sa Licence en études germaniques à l’université de Ouagadougou, André Jules NIKIEMA rentre dans l’enseignement.

Parallèlement à sa profession, il a été animateur cinéma 2D pour le compte de l’Association Burkinabè du Cinéma d’Animation (ABCA). Plus tard, il agira en qualité de graphiste contractuel chez Khati Communication. Ensuite, Edifice McCANN, une agence de communication de Ouagadougou, l’embauche comme graphiste storryboardiste. Quelques temps après, il rejoint le journal privé Le Pays comme caricaturiste. Depuis peu, il est graphiste freelance en même temps qu’il est professeur d’Allemand. Voilà ce qu’on appelle avoir un CV bien  rempli !

Allons à la découverte d’un talent africain qui grimpe et qui fera des émules.

Pour André Jules, l’amour de la caricature ne date pas d’hier

L’homme qui nous revient du pays des hommes intègres a commencé le côté professionnel de la caricature, véritablement il y a 5 années. “Tout a débuté quand j’ai appris l’utilisation de la tablette graphique avec l’Association Burkinabè du Cinéma d’Animation (ABCA) dans l’objectif de réaliser une animation 2D. Cependant j’ai toujours dessiné depuis l’école primaire par amour pour la chose, mais dans l’amateurisme.”

André Jules NIKIEMA

André Jules me raconte qu’il se souvient avoir même été une fois renvoyé pour une semaine alors qu’il était en classe de 6e au collège. “J’avais caricaturé mon prof d’anglais qui venait de perdre une dent. Le motif qui a valu mon renvoi est que j’ai bien mis en exergue la dent manquante.”

Amoureux de cet art, monsieur NIKIEMA assure qu’il permet de le nourrir. “Aujourd’hui, je fais de la caricature une carrière, entre autres raisons, parce que je voudrais que le reste du monde sache qu’il y a des talents en Afrique et particulièrement au Burkina Faso.”

La caricature a ses réalités

Tout comme dans plusieurs secteurs de métier, la caricature a ses réalités qui peuvent parfois être dures. André Jules NIKIEMA affirme que la principale difficulté pour lui était de se professionnaliser. “J’avais surtout envie de me former dans l’utilisation de certains logiciels qui me permettraient de dessiner sur ordinateur. J’ai eu du mal à avoir des stages jusqu’à ce que j’adhère à l’ABCA.” affirme-t-il.

Une autre difficulté et pas des moindres, c’est le manque de matériels. “Ma tablette graphique me lâche parfois et j’ai du mal à en acquérir une nouvelle. Au Burkina Faso, on ne vend pas les machines de grande puissance.”

Les caricatures de notre viseur du jour peuvent parfois se montrer très provocantes et sensibles. Quand je lui demande s’il n’a jamais été inquiété, il me répond :“Quand j’ai lancé la page ANDRE JULES CARICATURES, aux premières heures je recevais des messages privés qui m’invitaient à ne plus aller dans certaines directions. Notamment la religion. Et même dans la presse privée ou j’évoluais, mon directeur de publication a rejeté une ou deux caricatures. Par ailleurs, certains trouvent que j’attaque plus les femmes dans mes caricatures. Pourtant, l’objectif c’est juste d’arracher un sourire aux lèvres.”

André Jules NIKIEMA fourmille d’idées

Pour une personne aussi active, il est difficile, voire impossible de l’imaginer sans ambition réelle. Le caricaturiste burkinabé, inspiré par Damien Glez du journal J-J et par Yvo MOUSSA et Zoetaba, a des projets pleins la tête, notamment la publication d’une bande dessinée et la publication d’un recueil de caricatures. Mais, son plus grand projet, c’est l’éclosion de son entreprise qu’il appellera Graphicom. “Elle allie caricatures et infographie.” m’annonce-t-il enthousiaste.

André Jules NIKIEMA

André Jules avoue n’avoir aucune oeuvre sur le marché pour l’instant. Cependant, il s’y prépare. J’ai pu constaté que certaines entreprises collaborent avec lui pour vendre leurs produits. C’est le cas de Fasotoilettes. “Mon plus grand rêve est d’implanter au Burkina une industrie de caricatures qui allie l’animation 2D et 3D.”

L’Instant Coaching de monsieur NIKIEMA

“A cette jeunesse, je lui dis que personne ne viendra construire notre devenir à notre place. Levons-nous et montrons au reste du monde que nous pouvons également. Nous avons aussi du talent. A ceux qui ont des projets, ne remettez jamais à demain. Levez-vous et commencez !”

Si vous souhaitez travailler avec André Jules NIKIEMA, contactez-le sur sa page Facebook. Il y est très réactif.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos