Accueil Informatique / Télécommunication Audrey RHODES, le webpreneur se confie : Les métiers du numérique ont de l’avenir en Afrique.

Audrey RHODES, le webpreneur se confie : Les métiers du numérique ont de l’avenir en Afrique.

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga

“Bonjour, moi c’est Audrey RHODES. J’ai 23 ans, je suis Social Media Manager Freelance. Je travaille aussi pour des entreprises de temps en temps. Aîné d’une famille de deux enfants, je me définis comme un “digital nomad”, parce que je ne reste pas trop sur place. J’aime aller à la découverte d’autres cieux et d’autres environnements digitaux. “

Le décors est planté. Audrey RHODES est un jeune blogueur que je suis depuis mes débuts dans la blogosphère. C’est au détour de nombreux clics, à la quête de concours de startups que je tombe sur le concours Startup of the year organisé par StartUp Info. Je suis émerveillée de voir Le Blog de Rhodes figurer parmi les partenaires. Quand je pousse ma curiosité, je vais sur son blog, j’y découvre l’univers du high-tech et digital addict. Je me dis à ce moment, qu’un partage d’expériences ne serait pas de trop.

Portrait d’un web addict.

Audrey a obtenu un baccalauréat scientifique. Son diplôme en poche, le jeune homme ne sait pas trop quoi faire à l’université. Il prend le temps d’observer la tendance du moment et se lance lui aussi dans l’informatique. C’est lors d’un atelier, organisé dans son université par un fablab, qu’il reçoit sa révélation. “Je figurais parmi les gagnants du concours organisé par ce fablab et après j’ai rejoint leur équipe. Au final, le bricolage n’était pas trop mon truc, mais parler devant les gens et présenter mes projets si. Je décide alors de me lancer dans la création d’une agence de communication. Comme les réseaux sociaux étaient le canal par excellence des communications à cette époque, j’ai décidé de ne faire notre communication qu’en utilisant ces moyens là.”

‘NATIV nait, et Audrey RHODES se retrouve à la tête d’une équipe de 10 à 15 personnes. L’agence gérait la communication digitale de plusieurs grosses boîtes de Lomé. 

Espace libre

“A la base, j’aime tout ce qui touche à la communication, la formation… C’est ce qui m’a poussé après mes études en informatique à me spécialiser en réseaux sociaux.” Aujourd’hui, il est titulaire d’une Licence en informatique mais, son background est beaucoup plus puissant avec des certifications en ligne. “Dans tout ce qui touche au digital je suis certifié, par Google, par Unow qui est une plateforme de cours en ligne où j’ai suivi des cours pour évoluer dans ma carrière aussi.”

Il cumule 3 années d’expérience dans le domaine. “J’ai commencé à former les gens à l’âge de 19 ans alors que j’étais en 2ème année.”

Une expérience professionnelle digne d’un “digital-nomad”

En 2016, il va en mission pour l’OIF en tant que consultant pour approfondir un peu sa carrière. Il a alors occupé le poste de Community Manager de l’Agence Universitaire de la Francophonie. “Durant un an, j’étais chargé d’élaborer les stratégies de communication de la structure un peu partout, parce que c’est une structure qui est présente dans presque toutes les villes francophones.”

Il travaille également avec La Maison TV5 Monde, Le Rotary Club et Le Ministère du Numérique au Togo.

Actuellement, il est à Lomé pour des projets personnels comme la Communauté des Instagramers du Togo, qui réunit tous les passionnés de photos et du réseau social Instagram. L’objectif étant de former ces personnes, échanger avec elles, organiser des sorties photos.

A coté de tout ça, Audrey RHODES a son blogune chaîne YouTube sur laquelle il donne des tutos. Il contribue également sur d’autres blogs assez connus dans la région ouest africaine. “Tout a commencé à l’age de 19 ans avec une passion, et aujourd’hui je peux dire que je vis de ça, de l’argent du digital.” Audrey dit être entrain de développer des formations pour ceux qui veulent se lancer dans le digital. “En Afrique, on fait appel à des experts pour nous former. Sauf que ces experts ne connaissent pas les réalités du continent. L’objectif de mes formations sera de former d’abord sur les basiques. On ne peut pas dire à quelqu’un qui ne connait pas utiliser un ordinateur d’utiliser Facebook.”

Un épisode de sa Web TV.

Sa rencontre avec Startup Info…

“Il faut connaitre les bonnes personnes et être dans les bons réseaux.” lance-t-il. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander comment on arrive à faire en sorte que son blog soit partenaire d’un aussi gros événement que StartUp of the year. “Avec tous les événements que j’ai organisé, j’ai pu rencontrer du monde. Et c’est en organisant l’un d’eux que je rencontre deux ou trois membres de la team StartUp Africa. Lorsqu’ils voulaient lancer le concours en Afrique, ils ont organisé un sondage pour voir les influenceurs (même si je ne me considère pas comme tel). C’est à ce moment que je suis contacté pour savoir si je serai intéressé pour être partenaire sur l’événement.”
La première édition se passe et son blog ne figure pas sur l’affiche du concours. C’est à la deuxième édition, que les organisateurs décident de le mettre, au regard du travail abattu lors de l’édition précédente.

“Mon métier a beaucoup d’avenir en Afrique.”

L’Afrique est un terrain vierge. Il y a certes certains pays qui sont déjà très loin, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a beaucoup à faire. “C’est un métier qui a de l’avenir parce que c’est maintenant que les entrepreneurs viennent sur le marché et ces entreprises ont besoin de personnes compétentes dans le domaine pour communiquer sur leurs produits. Si je prends l’exemple de Moov Togocel, au lieu d’aller prendre un expert en Europe, ils prennent quelqu’un du pays qui maîtrise ce sujet là, mais aussi l’écosystème dans lequel veut  s’implanter l’entreprise. Ça leur évite des coûts supplémentaires liés aux études de marchés, etc. que l’expert européen demandera.”

Audrey affirme que dans 5 ans, voire 10 ans ce sera un marché saturé. Déjà actuellement, il y a des entreprises qui ne font que dans le community management. “Je peux citer Totem Expérience en Cote d’Ivoire, Vodoo Group qui sont des grosses structures en Afrique de l’Ouest.”

Dans 10 ans, il se voit créer son agence spécialisée dans le community management en Afrique. “Ça ira de la formation à l’offre de service.”

Pour l’heure, la cible d’Audrey RHODES se compose essentiellement des jeunes entrepreneurs et des web débutants, les personnes qui veulent faire du web leur terrain de travail.

L’instant coaching avec Audrey RHODES.

“Il faut prendre au sérieux ce qu’on fait. Même si c’est une simple passion. Il faut aimer ce qu’on fait, avoir de la rigueur pour soi-même et viser loin. Je suis disponible, si vous avez besoin d’échanger avec moi, vous pouvez me contacter sur ma page Facebook ou ma chaîne YouTube. Je ne manquerai pas de vous répondre.”

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos