Accueil Santé / Sport MWANA AFRICA, un projet avec le cœur sur la main et de la détermination plein les poumons!

MWANA AFRICA, un projet avec le cœur sur la main et de la détermination plein les poumons!

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga

Ils sont 5, ils sont jeunes, et surtout, ils ont de l’amour à revendre. Ils s’appellent Shérine M. BOUASSA, Christ NDJOUATARI, Gesmina BOURAGA, Ulrich ILEMA ILEMA et Paule Prisca OGNIGUI EBE.

Ces jeunes personnes, avec des parcours différents, ont trouvé une cause commune qu’ils défendent avec un amour et une passion effreinés : MWANA AFRICA. Le projet ambitionne d’aller à la rencontre des maisons d’accueil pour enfants orphelins et démunis qui existent en Afrique (excepté le Maghreb).

MWANA AFRICA signifie “Enfant d’Afrique”. Pour l’instant, le projet est porté par le MOJAC et ALPHA SQUADD, mais tend vers une reconnaissance juridique en tant qu’entité associative au vu des ambitions et de la vision que ces jeunes gens nourrissent.

5 personnes, 5 profils, une diversité qui crée la dynamique MWANA AFRICA.

Paule 30 ans, est passionnée par l’entrepreneuriat social et solidaire. Elle est touchée par tout ce qui crée une valeur ajoutée pour l’intérêt général. “J’ai créé le Mouvement des Jeunes Acteurs du Changement (MOJAC) qui fait la promotion des actions participatives solidaires et citoyennes par les citoyens et pour les citoyens.”

Espace libre

Christ est danseur et chorégraphe professionnel. “Je me définis comme un danseur social parce que je mets mon art au service de la cause des enfants orphelins.” Âgé de 23 ans, il n’a plus de père et s’est retrouvé dans la rue, dormant où il pouvait. Il s’est toutefois accroché à un rêve, celui de danser et d’impacter le monde avec cette seule arme.

Gesmina aussi est orpheline de père. Elle est étudiante et représente (avec Christ) l’Association ALPHA SQUADD au Gabon. “Je me bats pour les causes qui me tiennent à cœur.”  ALPHA SQUADD est une compagnie de danse basée en France. Son but est de créer, soutenir et promouvoir le spectacle vivant, et tout particulièrement la danse urbaine.

Shérine a 31 ans. Elle est la chargée de communication du MWANA AFRICA. C’est une économiste de formation qui a fait ses classes à l’Université Omar Bongo. “Je suis touchée par ceux qui n’ont pas la chance d’avoir le leadership en partage ou l’amour du prochain comme je le perçois.” Shérine n’a plus de père également.

Ulrich, 26 ans, est le photographe de la team. Son histoire m’a particulièrement touchée. Après le décès de son père, la vie n’a pas été tendre avec lui. Il a enchaîné les petits boulots, malgré son baccalauréat. N’ayant pas pu achever ses études de médecine, il se réoriente et améliore son niveau en anglais. Son métier de photographe, il l’apprend auprès de missionnaires humanitaires américains venus au Gabon pour aider un centre d’accueil chrétien dirigé par une église. Servant alors d’interprète pour cette délégation, le photographe de l’équipe américaine lui apprend les rouages du métier et lui offre son tout premier équipement. Aujourd’hui, il filme les mariages, clips, concerts, etc. “Ilemaproduction a pour objectif d’encourager et accompagner les bonnes initiatives dirigées vers les orphelins, les démunis… les nécessiteux en un mot. Tout ceci en étant moi-même un modèle inspirant. Je n’ai pas encore atteint le cap, mais je pense qu’un Homme se réalise dans le temps et c’est cela qui fera l’originalité de mon histoire. Je marche avec l’histoire comme fondement de ma personnalité.”

MWANA AFRICA naît de différentes volontés qui convergent vers un seul et même but : l’orphelin.

Le projet cible les enfants orphelins, démunis, abandonnés qui vivent sur le continent. “L’objectif de cette aventure est de ressortir une base de données que nous souhaitons mettre sur une plateforme en ligne, ceci dans le but de faciliter les actions à l’endroit de ces enfants par les personnes volontaires, telles que le parrainage.” me dit Paule.

Au départ, Shérine avait l’ambition de promouvoir le leadership chez les enfants orphelins. Paule, en entrepreneure philanthrope, souhaitait savoir où trouver les centres d’accueil de ces enfants ainsi que les effectifs afin de mieux distiller la part de revenu qu’elle s’est promise de donner. Christ et Gesmina eux, se sont dédiés à la détection de talents. Pour Ulrich, c’était l’occasion de rendre l’ascenseur à la vie.

Paule explique “ALPHA SQUADD présente au MOJAC un projet dans le sens de la détection de talents dans les centres d’accueil. Le MOJAC amende et enrichit en proposant une collecte d’informations utiles. Un accord est trouvé sur la mise en ligne d’une plateforme dédiée. Shérine intègre ensuite le groupe avec son projet sur le leadership chez les enfants orphelins. Ulrich veut saisir l’opportunité pour renvoyer l’ascenseur. Nous voilà en route pour cette aventure !”

La vision est panafricaine avant tout. Mais les moyens sont limités.

Paule dit : “Nous avons fait un premier déplacement à Cotonou au Bénin. La seconde étape étant le Gabon chez nous. Ensuite, nous embrasserons le reste du continent.” Les Béninois ont très bien accueilli le projet. Grâce à l’aide de la représentation diplomatique gabonaise là-bas, la team a pu avoir des retours favorables pour la mise en place d’une telle vitrine.

Le MWANA AFRICA GABAO TOUR est une tournée nationale qui consiste à visiter tous les centres d’accueil présents au Gabon. Elle a débuté par l’étape de Port-Gentil le 23 Novembre 2017 et s’étend progressivement sur les autres provinces.

La plateforme en ligne sera créée une fois toutes les étapes bouclées. L’un de ses nombreux buts sera d’offrir la possibilité de parrainer des enfants peu importe l’endroit où ils trouvent. Un autre but, que j’ai trouvé particulièrement intéressant avec cette initiative, est de redonner confiance à ces enfants, éveiller le leader en eux, et détecter des talents.

Toutes ces actions sont financées sur fonds propres. Si vous souhaitez contribuer à la réalisation de ce projet, contactez l’équipe sur sa page Facebook ou au +24106124174 ou au 02159403. La prochaine étape c’est Oyem, du 2 au 4 Février 2018.

ZERO DECOURAGEMENT!

Leur mot d’ordre à tous c’est “ZERO DECOURAGEMENT!” Paule conclura l’entretien par un speech qui n’a pas manqué de provoquer des applaudissements. “Pour les initiateurs de projets : aujourd’hui, l’Afrique peine à rattraper son retard scientifique et industriel. Nous croyons au pouvoir de la solidarité pour remédier à certains maux sociaux. Nous exhortons donc chaque citoyen dans son pays à entreprendre de telles initiatives, à prendre le taureau par les cornes, à mutualiser les compétences afin de venir à bout des problématiques sociales. La solidarité est une valeur intrinsèque à la culture africaine contrairement à l’occident qui est dans une culture individualiste. Alors, il faut que nous nous appuyons sur cet aspect pour nous élever ensemble. L’Etat-providence a montré ses limites. Chaque citoyen est donc responsable et devra faire sa part afin d’être un acteur du développement et non un spectateur attentiste.”

Elle aura un mot également à l’endroit des orphelins : “Nous vous aidons malgré les difficultés à réaliser vos rêves. Le mot d’ordre, c’est ZERO DECOURAGEMENT! Parce que l’Afrique compte sur chacun de ses enfants, vous ne devez pas rester sur le bord de la route.”

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos