Accueil Santé / Sport L’Association DONIA ce sont des fournitures scolaires neuves pour les enfants d’Afrique.

L’Association DONIA ce sont des fournitures scolaires neuves pour les enfants d’Afrique.

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga

Des fois, il suffit d’un voyage pour voir les choses autrement. Un voyage au cœur de l’Afrique. Ce voyage vers nos origines. Un voyage grâce auquel on est poussé à venir en aide, grâce auquel on est amené à changer les choses, à faire bouger les lignes.

Venue en 2015, pour la toute première fois, sur sa terre ancestrale le Mali, Mariame DEMBELE voit le contraste entre le continent africain et celui qui l’a vu naître, l’Europe. Notamment, dans le secteur éducation, où elle constate que certains enfants n’ont pas assez de fournitures scolaires. Cette situation ne la laissera pas indifférente et dès son retour en France, l’Association DONIA voit le jour.

Mariame DEMBELE, portrait d’une femme forte au grand coeur.

Mariame est la Présidente de l’Association DONIA. C’est une jeune femme de 33 ans, d’origine malienne. Pétillante avec un grand sens de l’humour, elle a passé la majeure partie de sa vie en France. “J’ai mes attaches, tous mes repères, toute ma famille en France. J’y suis née et j’y ai grandi. Par ailleurs, mes parents se sont séparés très tôt, ce n’était pas évident de voyager au Mali alors qu’on est une famille nombreuse.” explique-t-elle.

Titulaire d’un BTS en Management des unités commerciales, elle a travaillé dans un groupe de brasseries de luxe parisien. Elle est d’ailleurs l’auteure d’un livre intitulé “A la carte! Les perles non censurées de la restauration” paru au Editions Michalon.  Mariame, à propos de l’oeuvre explique:”Le livre présente l’envers du décors des brasseries de Paris.”

Actuellement, elle se consacre entièrement à la cause noble de son association.

L’Association DONIA c’est l’histoire d’un enracinement dans la terre mère.

En réalité derrière l’appellation “DONIA”, il y a plus une histoire qu’une réelle signification. Dès son retour du Mali, Mariame contacte Aissa THIAM d’Africa N°1 pour lui parler du projet de l’association. Aissa trouve l’idée super intéressante et lui propose de la présenter dès le lendemain. Or, à ce stade l’association n’avait pas encore de nom. Elle décide quand même de saisir cette occasion inespérée.

C’est donc entourée de ses amies, réunies pour un dîner le soir même chez elle, que Mariame validera “DONIA”, inspiré du prénom de l’une d’elles. “Au final, on se rend compte que DONIA c’est un prénom qui prend son sens. Pour beaucoup, il signifie la terre, la vie, etc.”

Du choc émotionnel à l’Asso DONIA.

L’association est avant tout humanitaire. Elle a pour principale mission d’offrir des kits scolaires aux enfants de l’école Ahmadou Ly à Bolibana (le plus ancien quartier de Bamako). Tout récemment une autre école en Afrique du Sud s’est ajoutée à la liste.

“La priorité des priorités c’est d’aider les enfants. Après cela va avoir un impact sur les familles et ce sur le long terme. Elles n’auront plus à penser au budget d’achat des manuels scolaires. Notre combat ce sont les enfants, leur dignité, l’estime qu’ils ont d’eux-même… Lorsqu’ils reçoivent ces manuels neufs, ils se sentent revalorisés.”

Aujourd’hui l’association est assez sollicitée un peu partout en Afrique. Seulement, ils veulent rester réalistes et agir progressivement selon les moyens qu’ils ont. “Si chaque enfant de la diaspora se levait pour aider les enfants dans son village ou sa ville d’origine ça ferait avancer les choses.”

Son organisation.

L’équipe de l’association est composée de bénévoles. 3 ambassadeurs en France : Mariam WAGUE, Aissé DIAKITE et Toumany TRAORE et 2 au Mali : Dagnoko MARIAM, Keita MATOU et Mody KAMISSOKO, un autre bénévole.

La Présidente a opté pour une gestion ouverte de sorte que chaque acteur se sente impliqué dans la vie de l’association.

En France, les ambassadeurs s’occupent de la gestion et de tout ce qui concerne la communication sur les réseaux sociaux. Ils font également la collecte des fournitures scolaires neuves.

Au Mali, l’équipe qui y est, est chargée de rencontrer les enseignants et directeurs d’écoles. Mais surtout, elle récupère les colis et les distribue aux enfants, tout en s’assurant de prendre des vidéos et des photos.

Son financement.

“Pour l’école Ahmadou Ly, l’objectif est de 1 600 €. Il y a une cagnotte en ligne sur la plateforme HelloAsso. Les gens peuvent faire directement leur don en ligne.” La cagnotte est en ligne de Janvier à Juillet.

L’association a également mis en place une tirelire blanche qui s’appelle “La Boîte Consignée”. Elle est disponible chez quelques commerçants en France. Ceux qui souhaitent faire une collecte auprès de leurs parents, amis, collègues de travail… peuvent retirer l’une d’elles chez l’un des partenaires de l’association comme Maison Chateau Rouge et la ramener après.

Sinon, chaque membres de l’association doit s’acquitter d’une somme de 50 € par an pour couvrir les frais généraux: frais de compte bancaire, d’impression de flyers, assurance, etc.

Une fois par année, dans un jardin partagé à Paris, l’Association DONIA invite des partenaires à exposer leurs produits. Elle perçoit en retour une participation.

L’Association DONIA c’est aussi une vision.

Couvrir toute l’Afrique, non. Pas tellement. S’ils y arrivent tant mieux, mais le principal objectif poursuivi par l’association est, comme le dit sa présidente, “d’évoluer avec les enfants, de les accompagner le plus longtemps possible pour qu’ils n’aient plus de pression à chaque rentrée scolaire.”

Après, il y a d’autres projets qui sont en vue comme la rénovation de l’école. “Mais ça passe par d’autres partenariats. D’ici 5 ans, on aimerait se dire qu’on a accompagné l’école Ahmadou Ly. Et plus tard, que ces enfants se disent que l’école les a aidé, eux à leur tour, ils devront l’aider.”

Cette école est donc comme un projet pilote pour l”association. Elle met un point d’honneur à ce que les fournitures soient neuves pour que les enfants africains s’habituent à penser qu’ils méritent ce qui est neuf, qu’eux aussi méritent le meilleur. Il n’y a pas que les “second hands” qui puissent être envoyés vers l’Afrique. “On veut leur montrer qu’ils peuvent avoir mieux en Afrique.”

L’instant coaching avec Mariame DEMBELE.

“Les gens aiment dire: je n’ai pas d’argent, je n’ai pas de fonds, je ne peux donc pas le faire. Toujours à se mettre devant les choses qui font que le projet ne puisse pas se concrétiser.  J’ai en vie de dire aux gens: ton projet, dis-toi que tu peux le faire et mets en face de toi toutes les choses qui vont faire que tu vas le réussir. Moi je dis toujours que les bonnes idées sont celles qu’on réalise. Allez au bout de vos idées. N’attendez pas que quelqu’un vous dise que vous devez le faire ou pas.”

“J’ai monté un magazine, qui présentait les talents français. Ensuite, il y a eu le site web. J’ai écrit un livre… Mais ces choses, je les ai faites parce que j’en avais envie. Sur le magazine j’ai perdu des sous, c’est vrai. Mais je m’en fous! Là, j’ai 33 ans et quand je regarde en arrière je me dis que c’est le début de pleins d’aventures.”

“En un mot réalisez vos rêves d’enfants et surtout visez la lune. Si vous ne l’atteignez pas, vous aurez les pieds dans les étoiles.”

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos