Accueil Artisanat Rachel KOUMA DRECQ, l’artisan peintre revisité.

Rachel KOUMA DRECQ, l’artisan peintre revisité.

Par Maëlla Séna Kassa Mbenga

Elle dit être tombée dans le métier de peintre en bâtiment par hasard. Et à force de pratique, elle a fini par l’aimer et même se découvrir une réelle passion pour ce qu’elle fait.

Rachel KOUMA DRECQ est une femme au grand cœur qui s’est lancée dans ce métier de second oeuvre, il y a 7 ans déjà en créant sa TPE. Après avoir cumulé des CDD sans aucuns “intérêts” à ses yeux, elle crée Peinture KOUMA.

Aujourd’hui, fondatrice de l’association La Caravane de l’Artisan, elle souhaite revaloriser les métiers artisanaux et ainsi inciter, à sa manière, les jeunes diplômés à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec leur bagage.

 

VisezLaLune: C’est quoi le métier d’artisan peintre en bâtiment?

 

Rachel KOUMA DRECQ: Est reconnu artisan, toute personne qui, après une formation professionnelle est immatriculée au registre des métiers de l’artisanat. L’artisan est indépendant et génère l’essentiel de ses revenus de la vente de ses produits et services issus de son propre travail.

Un artisan peintre en bâtiment est le dernier artisan à œuvrer sur un chantier neuf ou en rénovation.

Il œuvre en intérieure et en extérieure. Son rôle est de recouvrir tous supports de revêtements (peinture, enduit, toile de verre, papier-peint, enduit décoratifs etc…), il apporte la touche finale à un chantier de construction.

VLL: Depuis votre interview par Gaboneco, il s’est écoulé 4 ans. Où en est votre notoriété? Vos clients sont-ils toujours les amis des amis, ou a-t-elle beaucoup évolué?

 

Rachel K.D.: Mon objectif était de venir au Gabon, transmettre mon savoir et participer à créer de l’emploi. J’ai passé 18 mois au Gabon. Pendant mon séjour, j’ai travaillé sur un chantier en gros œuvre et en peinture. Nous avons pu embaucher en CDD des jeunes compatriotes. 

J’ai participé en tant que formateur au projet “Un jeune = Un métier” (Ndlr: programme pilote du gouvernement gabonais visant à offrir à 2 500 jeunes gabonais des formations aux petits métiers dans plus de 50 filières.).

Parmi mes clients je compte des agences immobilières telles que l’Agences N°1. J’ai participé en tant que consultante au projet associatif de l’association Ossoo TV qui consistait à construire des habitations ou commerces à des personne démunies. J’interviens aussi sur les chantiers de l’entreprise Techno BTP…

Je suis revenue en France pour de raisons personnelles. Et ici, je travaille avec le cabinet d’architecture Atelier 17C.

Donc, pour ce qui est de ma notoriété, je pense avoir marqué les esprits de beaucoup lors de mon passage au Gabon.

Ma clientèle évolue essentiellement grâce au réseautage à 95% et très peu par d’autres canaux de communication. Mes clients sont Monsieur et Madame Tout-le-monde qui souhaite faire des travaux de peinture chez lui.

 

VLL: Avec votre statut d’auto-entrepreneur, il vous est impossible d’employer. Comment procédez-vous pour les gros chantiers?

Rachel K.D.: Lorsque j’ai un chantier assez conséquent, je fais appelle à des collègues auto-entrepreneurs comme moi, et nous partageons les charges.

​​​​

VLL: Une femme dans ce domaine, traditionnellement masculin, est-ce un avantage ou pas?

Rachel K.D.: Nous femmes sommes préparées psychologiquement pendant notre formation a subir les affres des hommes (rires). Mais au final ça se passe bien, on s’impose; Lorsqu’ils s’aperçoivent de l’excellente qualité de notre travail, ils s’inclinent.

VLL: En tant qu’entrepreneur, vous avez une vision qui guide votre stratégie. Pouvez-vous nous la dévoiler?

 

Rachel K.D.:Tout part du premier chantier. C’est le déclencheur et c’est lui qui détermine la viabilité et la pérennité de mon entreprise. Je fonctionne avec du bouche à oreille, donc je n’ai aucun droit à l’erreur, parce qu’un chantier mal exécuté peut mettre fin à ma carrière.

 

VLL: Si un client souhaite vous joindre aujourd’hui, que doit-il faire?

 

Rachel K.D.: Au Gabon je suis joignable au (00241) 07.69.43.24. En France, je suis joignable par mail peinturekouma@yahoo.fr ou sur ma page Facebook KOUMA PEINTURE.

VLL: Un mot sur l’association la Caravane de l’Artisan?

Rachel K.D.: Je l’ai créée en mai de cette année. Elle a la vision d’apporter aux jeunes personnes diplômées en maçonnerie, plomberie, électricité, peinture… tous ces métiers du second oeuvre, une aide matérielle et financière pour qu’ils se créent leur propre emploi. Nous avons lancé une campagne sur le site de l’association qui est soumise à des conditions d’éligibilité. C’est ma modeste contribution à l’édifice d’un Gabon, d’une Afrique meilleure.

 

VLL: Quels conseils donneriez-vous aux jeunes africains, en particulier aux jeunes filles qui hésitent encore à cause du regard des autres?

 

Rachel K.D.: Aux jeunes africains, je dirai comme a coutume de dire tout le monde, qu’il n’y a pas de métiers qui ne nourrisse son homme, la formation est la clé de l’indépendance professionnelle. Se former avant d’exercer un métier valorise à la fois l’homme et le métier qu’il exerce. Il faut abolir le bricolage anarchique qui dévalorise le paysage de nos pays.

Aux jeunes filles qui hésitent je vais leur raconter l’histoire de Livia.

Livia est une jeune femme gabonaise, mère célibataire de 30 ans avec 2 enfants à charge. Elle a entendu parler du projet “un jeune = un métier”. Son rêve étant de devenir peintre en bâtiment, sans emploi ni formation elle a décidé d’adhérer à ce programme. J’ai été désignée comme entrepreneur pour former Livia sur 3 mois. Elle a suivi avec joie cette formation sur chantier, déniant tout préjugé. Aujourd’hui Livia est désormais peintre en bâtiment. Elle travaille à son compte dans la commune de Libreville.

 

VLL: Madame Rachel, merci pour cette interview à coeur ouvert.

 

Rachel K.D.: C’est moi qui vous remercie tout en vous souhaitant bonne continuation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter +d'infos